Formule 1 : les écuries menacent de monter un championnat parallèle

Formule 1 : les écuries menacent de monter un championnat parallèle

Les écuries de formule 1, réunies au sein de la Fota (Formule One Teams Association), ont annoncé vendredi à Silverstone (où s'est couru le Grand Prix de Grande-Bretagne) qu'elles refusaient les conditions de la Fédération internationale de l'automobile (FIA) pour la saison 2010 et qu'elles envisageaient de créer un championnat parallèle. « Les équipes n'ont pas d'autre alternative que de commencer à préparer un nouveau championnat qui reflétera les valeurs de ses participants et de ses partenaires ", indique leur communiqué. « Cette nouvelle série aura un système de gouvernance transparent, un seul type de règles, elle encouragera les nouveaux entrants et écoutera davantage les souhaits des fans, ce qui inclut des prix plus bas pour les spectateurs partout dans le monde, pour les partenaires et les actionnaires importants », poursuit le texte. « Les principaux pilotes, stars, marques, sponsors, promoteurs et les compagnies historiquement associées avec le plus haut niveau de sport automobile feront également partie de cette nouvelle série », affirme enfin l'association. « Nous sommes déçus, mais pas surpris par l'incapacité de la Fota de trouver un compromis dans le meilleur intérêt du sport », ont répondu les dirigeants de la Fédération internationale automobile (FIA). « La FIA ne peut permettre une course financière à l'armement dans le championnat, ni laisser la Fota dicter les règles de la formule 1 », poursuivent-ils, annonçant une action en justice « sans délais » pour « grave violation de la loi sportive ".

Deux sujets conflictuels

 Les écuries et la fédération s'opposent depuis plusieurs semaines sur deux sujets. Pour répondre à la crise économique, la FIA veut permettre l'engagement de nouvelles équipes dont le budget annuel serait plafonné à 45 millions d'euros. Les grands constructeurs, à commencer par Ferrari, souhaitent, eux, que la compétition conserve son statut de vitrine technologique. 

Mais le conflit porte surtout sur la renégociation des accords Concorde qui régissent la discipline. La discussion dure depuis deux ans. Selon une récente étude du cabinet Altermind, le holding Formula One Group géré par Bernie Ecclestone a, en 2008, encaissé 718,1 millions d'euros de recettes et en a reversé 261,8 millions aux écuries, soit 36 %. Les constructeurs aimeraient augmenter sensiblement ce pourcentage, arguant du fait qu'ils injectent eux-mêmes 1,1 milliard d'euros dans le circuit.

Article publié dans Les Echos, le 22 juin 2009.

Photo : Goh Rhy Yan

Les circuits, un modèle économique à reconstruire

Les circuits, un modèle économique à reconstruire

Formule 1 : la fédération internationale poursuit son plan d'économies

Formule 1 : la fédération internationale poursuit son plan d'économies